L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Forum intergénérationnel pour l'action arabe commune à Oran

150 responsables débattent

Les participants au forum ont appelé au renforcement du rôle de la société civile dans le cadre de l'action arabe commune.

Les travaux du Forum intergénérationnel pour soutenir l'action arabe commune se poursuivent, mardi à Oran, pour la troisième journée consécutive, avec la participation de représentants de dix-neuf pays arabes. Au programme des travaux de cette journée, figure une session à huis clos consacrée à la dimension populaire dans la réforme et le développement de l'action arabe commune.
Un thème qui permettra d'aborder le développement de l'action culturelle commune et le rôle de la société civile dans le développement de l'action arabe commune.
Les participants bénéficieront, dans l'après-midi, d'une visite touristique dans la wilaya de Tlemcen, a-t-on indiqué. Ce forum de cinq jours, organisé par l'Observatoire national de la société civile (Onsc), est marqué par la participation de près de 150 hauts responsables, militants de la société civile, influenceurs et hautes personnalités académiques de dix-neuf pays arabes. Les participants au forum, ont appelé, au renforcement du rôle de la société civile dans le cadre de l'action arabe commune. Ils ont insisté, lors d'une session à huis clos, au deuxième jour de cette rencontre qui a traité le thème du «rôle de la société civile arabe face aux effets des défis internationaux sur le monde arabe», sur la nécessité de promouvoir la place et le rôle de la société civile arabe en tant que force de proposition dans le cadre des institutions de l'action arabe commune, a indiqué le coordinateur de la session Mhand Berkouk, lors d'un point de presse. Les intervenants ont appelé, également, lors de cette session, a davantage d'action entre les sociétés civiles arabes qui «doivent être encadrées et protégées par des textes de loi qui ne soient pas instrumentalisés dans le cadre des agendas étrangers», selon le même interlocuteur. Les participants ont souligné, l'importance de la mémoire comme source d'inspiration pour renforcer les valeurs de la solidarité et la défense des causes arabes. Les participants ont fait remarquer, lors d'une session à huis clos ayant traité le thème «Faire revivre la mémoire et la communication intergénérationnelle au service de l'action arabe commune» que «la Révolution du 1er Novembre 1954 est un modèle pour développer la conscience des pays et des peuples arabes dans la lutte commune». Le coordinateur de la session, le Koweitien, Ayed El Djarid, a déclaré, lors d'un point de presse, que «l'Algérie a mené durant 132 ans d'occupation française, une grande lutte, citée en exemple à suivre».
Dans ce sens, il a mis en exergue le rôle des institutions, celle de la société civile, à l'époque, dans la diffusion de la conscience dans la lutte contre le colonialisme français et la préservation de l'identité arabo-islamique du pays».
Les crimes atroces et les massacres perpétrés par le colonialisme français contre le peuple algérien, tout au long de la période d'occupation ont fait l'objet de discussions durant cette rencontre «L'occupant français en Algérie rivalisait en puissance, en matière de crimes et de génocide», ont-ils relevé. Dans son intervention, lors des travaux de cette session, Mohtasseb Mustapha Hamaïl, un Palestinien détenu dans les prisons sionistes depuis 2008 avant sa libération, il y a de cela 4 mois, a fait état des conditions des prisonniers dans les geôles de l'occupant sioniste. Il a affirmé que «les pratiques sionistes contre les prisonniers sont en violation avec toutes les conventions internationales».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours