L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Burkina Faso

Les émissaires de la CÉDÉAO satisfaits des échanges

«Nous avons eu l’occasion de saluer le rôle extrêmement positif que les autorités religieuses et coutumières ont joué pour arriver à une sortie de crise, pour renouer le fil du dialogue», a déclaré l’ancien président du Niger et médiateur de la CÉDÉAO, Mahamadou Issoufou.

La délégation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CÉDÉAO), en mission d'information au Burkina Faso, s'est dite mardi à Ouagadougou «satisfaite des échanges» qu'elle a eus avec le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le capitaine Ibrahim Traoré, a annoncé la présidence burkinabè dans un communiqué. «Nous avons eu l'occasion de saluer le rôle extrêmement positif que les autorités religieuses et coutumières ont joué pour arriver à une sortie de crise, pour renouer le fil du dialogue», a déclaré l'ancien président du Niger et médiateur de la CÉDÉAO, Mahamadou Issoufou, dans le communiqué final à l'issue des rencontres, selon la présidence. Selon la même source, la délégation a eu des échanges «francs et approfondis» avec le capitaine Ibrahim Traoré, qui a renversé vendredi dernier par un coup d'Etat l'ancien président burkinabè de la transition, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. «J'ai rappelé l'engagement de la CÉDÉAO aux côtés du peuple burkinabè afin que le peuple burkinabè réussisse la transition qui est en cours» a souligné l'ancien président du Niger. «Je suis totalement satisfait de l'entretien que j'ai eu avec le capitaine Traoré. Nous repartons confiants et nous allons rendre compte.? La délégation de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) s'est rendue mardi à Ouagadougou, pour «évaluer la situation» au Burkina Faso après la démission du président de la transition, rapportent des médias, citant les autorités du Burkina Faso et une source diplomatique régionale. Cette visite qui avait été annoncée pour lundi par l'organisation régionale, a été reportée pour des «raisons logistiques», selon un diplomate de la Cédeao. La délégation était conduite par la ministre bissau-guinéenne des Affaires étrangères, Suzi Carla Barbosa, dont le pays assure la présidence de l'organisation, et comprenait, notamment l'ancien président nigérien Mahamadou Issoufou, médiateur pour le Burkina Faso. Sa visite intervient après la démission dimanche du président de la transition, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, poussé vers la sortie par Ibrahim Traoré, après deux jours de tensions à Ouagadougou.
Le capitaine Traoré a promis de respecter les engagements pris par son prédécesseur à l'égard de la Cédéao sur un calendrier pour l'organisation d'élections et un retour de civils au pouvoir au plus tard en juillet 2024. Après une journée de vendredi émaillée de tirs dans la capitale Ouagadougou, un groupe de militaires est apparu à la télévision burkinabè pour annoncer la destitution du colonel Damiba, remplacé par Ibrahim Traoré.
Les militaires arrivés au pouvoir invoquent «la dégradation continue de la situation sécuritaire» dans le pays.
La délégation a déclaré à son départ de Ouagadougou qu'elle allait rendre compte de sa mission au président en exercice de la CÉDÉAO et aux chefs d'État des pays membres de l'organisation régionale.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours