L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tizi Ouzou

Les fêtes traditionnelles reviennent

La fête du bijou aura lieu cette année, du 26 juillet au 6 août, sous le thème : «Bijou d’Ath Yanni.... algérianité et authenticité».

Après trois années de grisaille due à l'émergence de la pandémie de Covid-19, les villages et les localités de la wilaya de Tizi-Ouzou renouent désormais avec les couleurs vives de la robe kabyle, du bijou et de la poterie. L'activité artisanale reprend sa vivacité. La preuve en est que durant cet été, beaucoup de salons et de fêtes artisanales rouvrent leurs portes après une courte hibernation. Il en est ainsi, de la fête du bijou d'Ath Yenni, de la robe kabyle d'Ouadhias et de la poterie de Maâtkas, en attendant la fête de la cerise à Larbaâ Nait-Irathen. Au bonheur des visiteurs qui auront ainsi de belles vitrines afin d'acquérir des objets authentiques.
C'est aussi une opportunité pour les artisans qui ont souffert de l'inexistence des ventes. Thijihghit iwadhiyen est un festival traditionnel de la robe kabyle, de la région d'Ouadhias. Une robe connue pour ses couleurs qui riment avec le cycle des saisons. La fête, qui se déroulera au niveau de l'école primaire «des frères chouhada Tifrani» ouvrira ses portes le 1er juillet. Les visiteurs pourront découvrir l'art traditionnel de la femme locale, durant cinq journées avant la clôture, le 5 juillet avec une fête grandiose coïncidant avec la Fête nationale de l'indépendance. En fait, cette fête de la robe kabyle est également une occasion pour les artisanes locales de faire la promotion de leur art. Un savoir-faire authentique qui a été transmis de génération en génération. Non loin d'Ouadhias, c'est à Ath Yenni que se tiendra, du 26 juillet au 6 août, la fête du bijou sous le thème: «Bijou d'Ath Yanni.... Algérianité et authenticité».
Très connu, le bijou d'Ath Yenni tire ses origines des siècles derniers. Les Ath Yenni sont également connus pour leur art de ciseleurs d'argent au point d'acquérir une renommée internationale. Dans les années 60, 70 et 80, la région d'Ath Yenni était la Mecque des étrangers et des émigrés algériens, qui viennent en vacances durant l'été. Ce rendez-vous connaîtra un recul durant les années 90 et 2000, à cause de la conjoncture difficile qu'a vécu le pays lequel a souffert des affres du terrorisme.
Enfin, pour agrémenter tout ce patchwork de festivals et de fêtes, il y a lieu de signaler l'organisation, pour la première fois, du festival artistique «Renc'Arts du printemps», qui débute aujourd'hui et s'étalera jusqu'au 26 du mois de juin, en cours à Ighendoussen, dans la commune de Maâtkas.
Cette première édition intitulée «Asfru am tuqda ufexar», est justement dédiée à cet art traditionnel pour lequel est connue la localité de Maâtkas, qui organise d'ailleurs annuellement un salon très connu.
Ce festival, organisé par la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques (Lacd) est un rendez-vous artistique où «une population d'une localité donnée ouvre l'espace de son village pendant quatre jours aux différents artistes dans les divers arts, de la littérature au théâtre en passant par la musique et la peinture, ainsi que le conte et les arts de rue», selon les organisateurs. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours