L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Un voisin bestial

Nous avons tenu à couvrir ce procès, pour attirer l’attention des gens devant avoir à l’œil leurs enfants mineurs, surtout avec les proches…

Au début de la semaine dernière, une grosse localité de l'ouest de la capitale, s'est réveillée sur une info qui a vite fait le tour de la cité, d'abord, de la ville, ensuite, de toute la capitale, enfin! En effet, le matin très tôt, H.M. une mère de famille dont l'époux purge une peine d'emprisonnement ferme, venait d'apprendre de la bouche de sa fillette, que le voisin avait procédé à des attouchements sexuels, et que la fille les a stoppés, en prenant la fuite! Prise d'une crise passagère, la mère commença à réfléchir sur la riposte! Le mari, emprisonné, ne pouvait évidemment pas défendre sa fille.
Qu'à cela ne tienne! Elle sera ce jour, la mère et le père réunis! La présentation eut lieu trois jours après les faits, et le résultat ne se fit pas attendre: la comparution immédiate! Selon Me Nassima Aïd, l'avocate du bâtonnat de Blida, constituée par la mère meurtrie, «normalement, c'est une grave affaire criminelle, car la loi prévoit, pour les attouchements sexuels, le crime, et non le délit. Les voisins écoeurés et au bout de la révolte, «sont prêts d'une «correction» que le monstre, au doux visage angélique, n'oubliera pas de sitôt!» H.M.la maman blessée, mais tout de même rassurée que le crime avait commencé, et terminé par «seulement» des attouchements, et ne s'est pas prolongé au viol, a commencé par courir à gauche et à droite, en vue de dégoter de grands, anciens - chevronnés et imbattables avocats, en vue de contrecarrer, les manoeuvres du «monstre» qui venait de s'amuser à salir le renom de la famille, dont le chef était malheureusement absent! «Il faut que cette «bête humaine» paie ce crime»!
Le crime est parvenu aux oreilles de la maman, par l'intermédiaire d'un voisin de la famille! Comme quoi, le fameux adage connu desAlgériens, est plus que jamais, d'actualité; il dit à peu près ceci: «Ton malheur provient du plus proche, des tiens, de ton entourage, et même souvent de ton sang!» Les trois conseils, constitués par la famille de l'inculpé, décidèrent de mettre en commun, les points à mettre en branle, en vue de stopper les «allégations» de la fillette, qui est, selon des voisins méfiants, assez «grande» et «ronde» pour son jeune âge! «Il suffit à la famille, que mon mari ait été envoyé en prison pour une affaire qui n'a rien à voir avec les agissements de la bande, mais pour un délit pas si évident. La justice s'est prononcée sur son cas, c'est pourquoi j'attends de la même justice, qu'elle me restitue mon honneur, et celui de toute ma famille, dans les plus brefs délais!» La mère de famille venait d'étaler au grand jour, ce qu'attendent les citoyens, qui se sentent touchés dans leur honneur!»clame la brave femme qui ne résiste pas à l'envie de pleurer l'absence du papa, qui, en liberté, n'aurait jamais pu connaître pareille mésaventure! Oui, l'agresseur savait que le père enfermé serait loin d'une sale histoire. Mais qu'il se détrompe. Son épouse compte bien venger l'honneur des Z.B. Elle constitue Me Nassima Aïd qui saura s'y prendre à temps pour que la famille éclaboussée, soit lavée, et bien lavée! Et puis, lorsqu'un magistrat écoute une mineure raconter les «atrocités, il est quasi certain, qu'il ouvre grands les oreilles, pour être sûr, que les propos débités par «l'enfant», ne soient pas des «mensonges de gosses», souvent le fruit de l'inaltérable imagination, d'enfants à la recherche de sensationnel! Selon cette avocate du bâtonnat de Blida, «c'est une grave affaire criminelle, car la loi prévoit, pour les attouchements sexuels, le crime, et non le délit.
C'est le seul moyen de combattre l'impunité!» Pourtant, l'inculpé a nié, tout aussi bien que ses avocats, qui ont rué dans le brancard! À l'issue d'une audience pointilleuse, deux ans d'emprisonnement ferme, ont été prononcés. La peine a été puisée sur la base de l'article 334. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours