L'Expression

{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La révolution de 1919 en Égypte dans une superproduction cinématographique

Le film Kira wal jen est en train de devenir le film le plus rentable du cinéma égyptien avec plus de
106 millions de livres égyptiennes en 7 semaines d'exploitation dans les salles. Le film a été lancé le mois de juin dernier à l'occasion de l'Aïd el Adha. Le film parle de l'état d'ébullition de la rue égyptienne en conjonction avec le déclenchement de la révolution de 1919, un événement majeur qui unit les destins d'Ahmed Abdel Hai Kira et d'Abdel Qader Al Jin pour participer à la lutte contre l'occupant britannique. Le film est produit par Synergy Art Production, une société égyptienne très influente sur le marché audiovisuel et cinématographique en Égypte. Fondée en 2003, par son propriétaire Tamer Morsi, Synergy a pu en peu de temps être l'une des plus grandes entreprises du secteur des médias et de la production au Moyen-Orient, l'activité de la société a débuté dans le domaine de la publicité, sous le titre Synergy Advertising, puis a commencé à réaliser la production télévisuelle jusqu'à ce qu'elle atteigne 12 productions télévisées en 2017 seulement, avec la production télévisuelle, les programmes de télévision, les publicités et les clips musicaux. L'histoire s'inspire d'un film muet produit en 1923, écrit et réalisé par Mohamed Bayoumi, présentant les personnages Barsoum et Sheikh Metwally, qui se disputent un emploi. Une autre version a été produite en 1952. Celle-ci raconte le récit d'un des étudiants qui s'est opposé aux conditions de l'Égypte sous occupation en 1919. Avec Amina Rizk et Magda, écrit par Youssef Gohar et réalisé par Ahmed Badrakhan. Un autre film À bas le colonialisme! revient sur l'histoire à travers le professeur Fahmy qui meurt lors d'une manifestation de soutien au leader Saad Zaghloul. Son fils décide alors de suivre ses traces et combat le colonialisme. Ce film avec Shadia, Hussein Sedky et Mahmoud El Meligy, produit en 1952, est écrit et réalisé par Hussein Sedky. Un autre film égyptien Entre les deux palais a été tiré de la célèbre trilogie de Naguib Mahfouz. Il a été produit en 1964 et interprété par Yahya Shaheen. Le scénario a été écrit par Youssef Gohar et réalisé par Hassan Al-Imam. Le film la Grève des mendiants, évoque également cette période, à travers la vie des mendiants et nous montre la lutte du peuple égyptien au lendemain de la révolution de 1919. Produit en 1967, il met en vedette Lubna Abdel Aziz et Karam Mutawa. Il est écrit par Ihsan Abd Al Quddus, et réalisé par Hassan Al Imam. Enfin le film Le héros demeure le mieux connu d'Ahmed Zaki, Mohamed Henedy et Mostafa Qamar, dans lequel on voit l'état de la ville d'Alexandrie lors de la révolution de 1919. Produit en 1998, il est écrit par Medhat El-Adl et réalisé par Magdy Ahmed Ali. Kira wal jen (Kira et les djinns) est le dernier film à rejoindre la liste. Basé sur le roman écrit en 1919 par Ahmed Murad, il est réalisé par Marwan Hamed, et met en vedette Karim Abdel Aziz, Ahmed Ezz et Hend Sabry.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours